L'HISTOIRE du ROCK et du SWING

             --------------------------------------------------------------------------------

Préhistoire:
  
Depuis le XVIIème siècle, des esclaves sont déportés d'Afrique du sud vers les États Unis. Tout leur est interdit sauf de chanter les "Works songs" pour rythmer leurs travaux. Puis, pour les cérémonies religieuses catholiques des blancs, les "Negro Spirituals". Quand ces mêmes chants sortent de l'église, ils prennent le nom de "Gospels Songs" et, pratiqués individuellement, de "Blues" (chants tristes solitaires).
   Début 1863, l'esclavage est aboli. Les noirs s'emparent de tous les instruments de musique et en deviennent vite maîtres. Le Blues est orchestré au Music Hall sous forme de spectacle. Dans le sud, à la Nouvelle Orléans, né le
JAZZ, issu du Blues, du Spiritual et du Ragtime (ligne mélodique syncopée). Vers 1930, la musique jazz s'enrichi du "Tcha ba da" du Boogie Woogie (le bruit du train est remplacé par la caisse claire). et devient le SWING (qui donne envie de bouger) faisant naître les premières danses de la famille.

1927 Le LINDY HOP (Amérique du nord)

  C'est au dancing "Le SAVOY" à Harlem, que 5000 danseurs se défoulent devant Louis ARMSTRONG, Duc ELLINGTON, Count BASIE, Louis PRIMA...Des noirs improvisent un mélange de Charleston et danses animalières quand un journaliste demande à Shorty SNOWDON (finaliste du marathon en cours) ce qu'il danse. Celui-ci lui repond, par humour, "Le LINDY HOP" car il n'y a pas de nom à la danse, par contre Charles Lindbergh vient de traverser l'Atlantique (c'est en 1927) et tous les journaux en ventent l'exploit, portant le titre de "LINDY HOP" (saut de Lindbergh). Le journaliste naïf mais efficace, a popularisé dans tout le pays ce nom de "Lindy Hop" comme étant celui d'une danse. Il correspond maintenant à la première danse codifiée dont Frankie MANNING en est le plus célèbre représentant.

Le lindy : Le 100% swing 

Développé par les noirs américains dans les années 20, le Lindy Hop est considéré comme le "père du rock'n roll".

Dansé sur des musiques swing, il se caractérise par une improvisation permanente pour interpréter la musique avec feeling et fantaisie. On se fait vite plaisir avec cette danse très ludique et pleine d'énergie qui nécessite un travail de technique de danse, de bonne connexion et d'écoute musicale.

 


1930 - LE JITTERBUG (Amérique du nord)

     Le nom "Jitterbug" est un surnom donné par les radios aux jeunes danseurs (Il signifie "tremblement du microbe"). C'est un Lindy hop revu et corrigé par les blancs américains. Ils veulent danser le Lindy mais n'arrivent pas à le faire aussi rapidement que les noirs. Ce qu'ils faisaient en 4 temps, les blancs le feront en 6 temps. Alors que les premiers improvisaient figures et acrobaties, les seconds décomposeront et codifieront pour les adapter à leurs habitudes plus "intellectuelles" qu'instinctives. C'est le début du rock'n roll dansé en 6 temps et en pas double (2 pas sur 2 temps).

1930 à 38 - Le BOOGIE WOOGIE (Amérique du sud)

  Les bûcherons noirs qui traversent régulièrement le Texas et la Louisiane en train jouent du piano pour se distraire. Mais la musique doit s'adapter au bruit de l'essieu du train (appelé "Boogie"). Cette accentuation musicale donne naissance au "Tcha ba da" des Jazz Mens. La musique est différente du Swing traditionnel et le boogie woogie sera dansé différemment, en 6 ou 8 temps mais en pas triple pour respecter la musique (3 pas sur 2 temps).

   C'est en 1945 que les GI américains importent en Europe : Lindy hop, Jitterbug et Boogie woogie. Dans les caves de St Germain des prés à PARIS, les "Rats de cave" dansent toute les nuits. Ils décident de donner un nouveau nom Français à cette danse. Ce sera le BEBOP (ce nom été déjà employé aux États Unis pour caractériser la musique Jazz jouée avec improvisations et extravagances musicales). Sur les musiques Swing et Boogie c'est aussi ce que recherchent les jeunes (improvisations et extravagances). le Bebop sera dansé toujours en 6 temps mais souvent en pas simple (1 pas sur 2 temps) pour facilité l'exécution des figures fantaisistes.

1955 - Le ROCK'N ROLL
 

   Le nom de Rock'n roll devient populaire avec Bill Halley en 1955 et "Rock around the clock" (1er de tous les hit-parades pendant 5 mois à partir de Mai 1955). Ce terme s'impose au monde entier. Les jeunes sont "Rockabily". Surprise-partie, décors de restaurant, voitures, vêtements sont tous "Rock'n'roll". le "Blues" de Pat Boone et Fats Domino, le "Country" d'Elvis Presley, le "Rythme and blues" de Chuck Berry deviennent Rock'n'roll.

  La danse est toujours en 6 temps : Rock (Balance) = 1 pas en arrière + 1 pas en avant (sur 2 temps), and Roll (Roule) = 3 pas à gauche (sur 2 temps) + 3 pas à droite (sur 2 temps).

1963 - Le JIVE  (Angleterre)

   C'est une variante du Rock'n'roll codifiée par les Anglais pour en faire une danse de spectacle et compétition. Le JIVE fait parti des 5 danses "Latines" des danses Sportives. (Classification totalement arbitraire, puisqu'il n'a jamais séjourné dans les pays Latins.). Il peut être dansé en 6, 8 ou x temps, quelle que soit la musique. Il s'agit plus de gymnastique artistique que de danse populaire, l'objectif étant de plaire aux spectateurs et nom aux danseurs.

1972 - Le ROCK ACROBATIQUE  (France)

   Ce sont les Lyonnais qui en 1972 inventent le Rock acrobatique dans un but purement commercial, comme pour le Jive. Toujours plus "spectacle et compétition" , c'est une gymnastique dansée sur une musique populaire.
   Comme pour le Jive, les danseurs se lassent assez vite de la compétition et reviennent tous au style de Rocknroll traditionnel (6 temps en pas triple, simple ou double).

1985 - Le BEBOP JAZZ (Est de la France)

A partir de l'époque Bebop de St Germain des prés, de Lyon à Marseille on continue à danser sur des musiques de plus en plus rapides de style Jazz ou Swing. Les acrobaties sont abandonnées en raison de la vitesse qui atteint fréquemment les 60 mesures par minute. Elles sont remplacées par des fantaisies de style Jazz, des pas simplifiés des jeux de jambe (breaks, fentes, jetés, brossés...).
   En 1985, des enseignants commencent à codifier ce style sous le nom de Be-bop Jazz. La méthode se popularise et toute la région danse le nouveau Be-bop avec ses compétitions amicales et ses dancings spécialisés de plus en plus nombreux.

2000 - Le ROCK LOISIR (Synthèse)

  De nombreux autres styles sont apparus dans le monde entier : West Coast Swing, Single swing, mixing blues... Mais si les noms et les styles changent suivant les pays et les musiques, les règles générales restent les mêmes.
   Le rock'n roll est maintenant une activité sportive et de loisir enseignée dans les établissements scolaires, les MJC, clubs de loisirs, associations, centres de vacances...

   Les danseurs aiment pratiquer tous les styles (Rock, Jitter, Boogie, Swing...) pour pouvoir varier les figures, les pas... suivant la musique et leur tempérament.

L'ensemble de ces techniques est codifié sous l'appellation Rock de loisir. C'est un rock démystifié qui, à partir de la base en 6 temps comprend toutes les variations de pas (triple, double, simple), variations de figures (simples à complexes) variations de pas fantaisies (Jazz, stop, break, fente, twist, brossé, jeté, jeux de jambes...) et les figures spectaculaires (lifts et acrobaties simples).